MillerCoors

Burley, ID, United States

MillerCoors

Burley, ID, United States

Time filter

Source Type

News Article | May 4, 2017
Site: www.prnewswire.com

These workers are members of Teamsters Local 701 in North Brunswick, New Jersey. Local 701 had been in negotiations for a new contract with Shore Point since Feb. 28, 2017. The workers and their union wanted to continue negotiations, but Shore Point locked them out instead. Many retail outlets are placing signs in their windows that say: "No MillerCoors Sold Here Until Shore Point Lockout Ends" and "I [heart] Locked-Out Teamsters at MillerCoors Distributor." "These workers do physically demanding labor every day that helps Shore Point earn its millions," said Ron Lake, Secretary-Treasurer of Teamsters Local Union 701. "It is unconscionable that they would put their loyal workers out on the streets with no paychecks. That's why we're asking people to pass up beers that Shore Point delivers, like MillerCoors products, and why many of Shore Point's customers aren't serving beer the company distributes." One customer, Portside Bar & Liquors, posted a photo of the signs in its window on Facebook, along with these comments: "At Portside we support the efforts of the hard working people of Teamsters Union 701. Many of whom we know personally. These are men with families who are simply looking for a fair contract to support themselves & their loved ones. As a result of the treatment of these workers, we will not be ordering any more products from Shore Point Distributing until this issue is resolved. We will sell the products we have remaining from previous orders. We apologize for an inconvenience this may cause you. Sometimes it is more important to stand up for what is right, rather than what is profitable." "ATTENTION ALL CUSTOMERS: There is a labor dispute happening with the Drivers for Shore Point Distributors. From what we know they have been locked out and the benefits for them and their families have been cancelled. WE HAVE DECIDED TO STAND BEHIND THE DRIVERS. We have relationships with them all for many years. We will STOP selling products from Shore Point Distributors once we run out of product on hand. We will not be buying any new inventory. WE feel it is THE RIGHT THING TO DO." "I want to work," said JD Lacey, a driver and member of Local 701. "I've worked at Shore Point for 12 years and my family depends on my paycheck. It's like the company is trying to starve us into giving in to all its demands." "When wages don't keep up with the cost of living and when people don't have secure retirements, this is bad not only for families but for local businesses and entire communities," Lake said. "Employees can't afford to subsidize Shore Point's profits with their retirement plans. New Jersey communities deserve better, and Shore Point needs to end the lockout and meet us back at the bargaining table. We are grateful for all the community support we've received so far, especially from many bars, restaurants and stores." Jim Keady, owner of the Lighthouse Tavern, distributed this statement of support: "ON MAY DAY (AND BEYOND) THE LIGHTHOUSE TAVERN WILL STAND WITH THE TEAMSTERS LOCAL 701. Some of you may be aware that the Shore Point Distributing Co. has locked out their workers due to a stalemate in contract negotiations. Given my commitments to labor rights, the collective bargaining process, and solidarity with working families (I did labor rights advocacy for 15 years prior to taking over the bar when my Dad died), I have made the decision that we will not purchase products from Shore Point until this matter is resolved. It is not lost on me that the owners/management of Shore Point chose to take this action of bad faith on May Day - International Labor Day. Now more than ever in our nation, working families and labor rights are under attack and it is imperative that those of us in the middle class, union and non-union alike, stand together in solidarity. This means that in the coming days we may be short on some of your favorite domestic, import, and craft beer choices. To be clear, we will still have a selection of beers from our other distributors, we may just run out of the stock we have from Shore Point's selection. We hope you will be understanding during this time and will join us in letting Shore Point know that as beer drinkers, you care about the men and women who deliver the beer, and you want them to be bargained with in good faith." To view the original version on PR Newswire, visit:http://www.prnewswire.com/news-releases/teamsters-protest-worker-lockout-by-shore-point-distributing-300451811.html


News Article | May 3, 2017
Site: www.fooddive.com

Molson Coors had net income of $201.3 million in the first quarter, up from $162.7 million a year earlier, the company said in a statement . Sales rose to $2.91 billion from $950.8 million. Purchasing the remaining 58% stake in MillerCoors from SABMiller was largely responsible for the revenue bump. The beverage giant said U.S. domestic sales-to-retailers volume declined 2% during the quarter, driven by lower volume in the premium light and below premium segments. Volumes in Canada rose 0.7%, while increasing 9.6% in Europe due partly to the addition of the Miller brands, along with strong growth from Coors Light and Staropramen. "With the completion of the MillerCoors  transaction late last year and the changes we are making to align and enhance our organization, 2017 will be a transition year as we build a larger, stronger First Choice-focused company," said Mark Hunter​,  Molson Coors​ . "Our results today reflect increased investments in the building blocks that will drive top-line growth, cost savings, profit growth, cash generation, debt pay-down, and total shareholder returns in the years ahead." The beer industry is digesting a pair of acquisitions last year that further consolidated around 90% of the U.S. domestic production into two major players — AB InBev and Molson Coors. The remainder is concentrated among popular craft breweries. Molson Coors' decision to buy the stake it didn't own in Miller Coors was a smart move. It not only expanded the company's beer volume globally and boosted its revenue and profitability, but it gave greater purchasing power for everything from hops and barley to aluminum cans. Miller Coors and AB InBev are taking time to integrate their recent deals before considering whether to make another acquisition. Pete Coors, vice chairman of Molson Coors, said at the Beverage Forum last week he expected more mergers, but noted there are only a few remaining players left that could combine. "We going to catch our breath, and I think ABI is in the process of catching their breath," Coors said. "At some point down the road ... I have no doubt there will be additional consolidation globally." In the meantime, Molson Coors — whose brands include Blue Moon, Miller Lite and Milwaukee's Best — could look to smaller bolt-on deals, focusing its attention on craft breweries. Coors told Food Dive his company has purchased four small regional craft breweries in the last 18 months. With so few larger players left, and Molson Coors working through its recent deal, craft breweries could be a way to increase volume and efficiencies for the company. At the same time, these acquisitions could allows the larger company to attract millennials who crave the unique flavors and localized brews associated with craft beers.


News Article | May 3, 2017
Site: www.businesswire.com

DENVER, Colorado, et MONTRÉAL, Québec--(BUSINESS WIRE)--Molson Coors Brewing Company (NYSE : TAP; TSX : TPX) a annoncé aujourd’hui un bénéfice net lié aux activités poursuivies attribuable à MCBC, selon les PCGR des États-Unis, de 201,9 millions de dollars au premier trimestre, soit un résultat en baisse comparativement à un bénéfice net pro forma de 257,4 millions de dollars à l’exercice précédent. Cette baisse est imputable à la diminution des profits nets tirés des éléments inhabituels et des autres éléments non liés aux activités de base au cours de l’exercice considéré, à la baisse des volumes dans le secteur États-Unis, à la place accrue occupée par les produits auxquels des coûts plus élevés sont associés, à l’amortissement accru lié aux marques, ainsi qu’à la hausse des coûts du siège social. La Société a également déclaré une baisse de 12,1 pour cent du bénéfice sous-jacent après impôt au premier trimestre de 2017, en raison de la diminution du bénéfice des secteurs États-Unis et Canada, ainsi que de la hausse de la dotation à l’amortissement au titre des marques et des coûts du siège social. M. Mark Hunter, président et chef de la direction de Molson Coors, a déclaré : « En raison de la conclusion de la transaction liée à MillerCoors vers la fin de l’exercice précédent et des changements que nous effectuons afin d’harmoniser et d’améliorer notre organisation, l’exercice 2017 constituera une période de transition au cours de laquelle nous accroîtrons l’envergure et la solidité de notre entreprise, tout en maintenant notre objectif d’être une entreprise de premier choix. Nos résultats d’aujourd’hui reflètent donc l’accroissement des investissements dans les facteurs qui nous permettront de faire croître le chiffre d’affaires, de réduire les coûts, d’accroître le bénéfice, de générer des flux de trésorerie, de réduire la dette et de stimuler le rendement total pour les actionnaires au cours des prochains exercices. » « La baisse du bénéfice sous-jacent au premier trimestre par rapport à l’exercice précédent tient principalement à la hausse de la dotation à l’amortissement au titre des marques et à la diminution des volumes du secteur États-Unis en janvier et en février pour l’exercice considéré, ainsi qu’à la prise en compte du bénéfice élevé comptabilisé à l’exercice précédent. Le bénéfice sous-jacent après impôt au premier trimestre de 2016 avait augmenté de plus de 35 pour cent sur une base pro forma par rapport à 2015, notamment en raison d’avantages découlant de la dynamique des stocks et du moment auquel le congé de Pâques a eu lieu. Nous avons également effectué des investissements supplémentaires au cours de l’exercice considéré, afin de renforcer nos activités et nos capacités à l’échelle mondiale. Bien que l’exercice ait démarré lentement, les tendances au chapitre des volumes se sont améliorées depuis les mois de janvier et de février, nous avons réalisé des progrès importants en ce qui a trait à notre approche visant à être le premier choix dans chacune de nos entreprises, et nous sommes convaincus que nous pourrons concrétiser nos plans d’affaires pour l’ensemble de l’exercice. » Comme il est mentionné dans notre communiqué de presse portant sur les résultats du quatrième trimestre de 2016, le volume financier tient maintenant compte des volumes liés aux ententes de brassage et aux ventes aux grossistes de marques non détenues. L’incidence financière de ces volumes a toujours été prise en compte dans nos résultats et, maintenant, nous tenons aussi compte de l’incidence de ces ventes sur les volumes. Le volume lié aux marques à l’échelle mondiale exclut les volumes liés aux ententes de brassage et aux ventes aux grossistes de marques non détenues, et il tient compte des volumes liés aux ventes assujetties à des redevances. Nous avons également modifié la définition du volume lié aux marques à l’échelle mondiale de manière à tenir compte d’un ajustement visant à présenter les volumes de ventes au détail, plutôt que les volumes de ventes aux grossistes. Nous croyons que les volumes de ventes au détail constituent une mesure importante car, contrairement aux volumes de ventes aux grossistes, ils fournissent l’indication la plus précise du rendement de nos marques par rapport aux tendances au chapitre des ventes dans le marché et des ventes effectuées par nos concurrents. Les résultats des périodes précédentes ont été révisés afin de refléter ces changements. Nous sommes d’avis que cette définition du volume lié aux marques à l’échelle mondiale reflète davantage la façon dont nous évaluons le rendement de nos marques détenues dans les marchés où ces marques sont vendues. Le taux d’imposition effectif de la Société au premier trimestre sur la base du bénéfice déclaré s’est établi à 23,7 pour cent, et il s’est élevé à 23,4 pour cent sur la base du bénéfice sous-jacent. Le taux d’imposition effectif pro forma de la Société comptabilisé au premier trimestre de l’exercice précédent s’est établi à 22,5 pour cent sur la base du bénéfice déclaré, et à 27,0 pour cent sur la base du bénéfice sous-jacent. Le taux d’imposition effectif sur la base du bénéfice déclaré a augmenté légèrement cette année, en raison du traitement fiscal favorable lié à la vente de notre brasserie située à Vancouver en 2016. Le taux d’imposition effectif sous-jacent a diminué par rapport à l’exercice précédent, en raison de la composition géographique du bénéfice et de la hausse de certains avantages en 2017. Le BAIIA sous-jacent de MillerCoors a diminué de 3,7 pour cent au premier trimestre et s’est établi à 441,9 millions de dollars, par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent, résultat qui tient à la diminution des volumes et à la hausse du coût des produits vendus par hectolitre, facteurs neutralisés en partie par la baisse des frais de commercialisation, généraux et d’administration et par la croissance des prix nets. Le coût des produits vendus par hectolitre a augmenté de 10,7 pour cent en monnaie locale, résultat attribuable à la place accrue occupée par les marques importées auxquelles des coûts plus élevés sont associés, à la hausse des coûts des intrants, aux fluctuations défavorables des taux de change et à la prise en compte de la réduction temporaire des coûts de distribution à l’exercice précédent, facteurs neutralisés en partie par les initiatives continues visant à réduire les coûts. Les frais de commercialisation, généraux et d’administration ont augmenté de 21,2 pour cent en monnaie locale, en raison de l’accroissement de la dotation à l’amortissement au titre des marques et de l’augmentation des investissements commerciaux. Le volume lié aux marques du secteur Europe a augmenté de 9,6 pour cent au premier trimestre par rapport à l’exercice précédent, en raison principalement du transfert des volumes liés aux marques donnant lieu à des redevances et aux marques exportées en Europe, qui étaient présentés dans le secteur International, et de la prise en compte des marques Miller, ainsi que de la croissance élevée des volumes liés aux marques Coors Light et Staropramen. Ces facteurs favorables ont largement neutralisé l’incidence du moment tardif auquel le congé de Pâques a eu lieu au cours de l’exercice considéré. Le volume financier du secteur Europe, qui tient compte des ententes de brassage et des ventes de marques distribuées, mais qui exclut les volumes liés aux ventes assujetties à des redevances, a augmenté de 2,3 pour cent. Les ventes nettes par hectolitre du secteur Europe ont augmenté de 16,3 pour cent en monnaie locale, résultat qui reflète la reprise d’une provision au titre de l’impôt indirect d’environ 50 millions de dollars, par suite du jugement favorable rendu par un tribunal local. L’augmentation tient également à une composition favorable des marques, laquelle a plus que neutralisé l’établissement de prix nets négatifs. Le coût des produits vendus par hectolitre a augmenté de 1,7 pour cent en monnaie locale, en raison de la place accrue occupée par les marques et les régions auxquelles des coûts plus élevés sont associés, facteur neutralisé en partie par la hausse des avantages nets liés aux régimes de retraite au cours de l’exercice considéré. Les frais de commercialisation, généraux et d’administration se sont accrus de 14,1 pour cent en monnaie locale, en raison du montant estimé de la provision pour créances douteuses d’environ 11 millions de dollars liée à un client en Croatie, de l’accroissement des investissements dans les marques et de la prise en compte du portefeuille de marques Miller. Le BAIIA sous-jacent du secteur Europe s’est accru de 78,7 pour cent et s’est établi à 74,0 millions de dollars, résultat qui tient à la reprise de la provision au titre de l’impôt indirect, à l’accroissement des volumes et à la hausse des avantages nets liés aux régimes de retraite. Ces facteurs favorables ont été neutralisés en partie par une provision pour créances douteuses liée à un client en Croatie, par l’accroissement des investissements dans les marques, par le moment auquel le congé de Pâques a eu lieu, et par les fluctuations défavorables des taux de change. Les fluctuations des taux de change ont eu une incidence défavorable de 12,6 millions de dollars sur le BAIIA sous-jacent. Le total du volume lié aux marques du secteur International a augmenté de 65,2 pour cent au premier trimestre, en raison du transfert des résultats liés aux activités de MillerCoors à Porto Rico, de la prise en compte des marques Miller à l’échelle mondiale et de la croissance de la marque Coors Light, principalement en Amérique latine. Ces résultats ont été neutralisés en partie par le transfert des volumes liés aux marques donnant lieu à des redevances et aux marques exportées en Europe. Le chiffre d’affaires net par hectolitre a augmenté de 15,2 pour cent, en raison d’un changement dans la composition des ventes et de l’établissement de prix plus élevés. Le BAIIA sous-jacent du secteur corporatif s’est traduit par une perte de 48,9 millions de dollars au premier trimestre, comparativement à une perte de 24,7 millions de dollars à l’exercice précédent, en raison principalement de la hausse des charges d’intérêts et d’une perte de 8,3 millions de dollars au titre de la couverture de change liée à l’émission de titres de créance au premier trimestre, ainsi que des investissements commerciaux et des investissements dans la chaîne d’approvisionnement et dans les technologies de l’information à l’échelle mondiale, afin d’accroître l’envergure et la solidité de notre entreprise. De plus, au cours du premier trimestre, nous avons comptabilisé des profits nets de 52,2 millions de dollars au titre des autres éléments non liés aux activités de base, qui tiennent principalement aux profits latents évalués à la valeur de marché liés aux couvertures des marchandises comptabilisés ce trimestre, ainsi qu’à un profit découlant de l’ajustement du prix d’achat lié à la vente historique de la participation de Molson Inc. dans le club de hockey Les Canadiens de Montréal. Nous avons présenté des informations pro forma pour les résultats consolidés et ceux des activités aux États-Unis afin d’accroître la comparabilité de l’information financière d’une période à l’autre. Quant aux résultats des secteurs Canada, Europe, International et corporatif, ils ne sont pas présentés sur une base pro forma. L’information financière pro forma est basée sur les états financiers consolidés historiques de MCBC et de MillerCoors, préparés dans les deux cas conformément aux PCGR des États-Unis, et elle tient compte de l’acquisition de la participation résiduelle de 58 pour cent dans MillerCoors et du financement effectué comme si ceux-ci avaient eu lieu le 1er janvier 2016. Les ajustements pro forma sont basés sur des éléments qui peuvent être étayés par des faits, qui sont directement attribuables à l’acquisition ou au financement connexe effectué, et qui devraient avoir une incidence continue sur les résultats d’exploitation et/ou la situation financière de MCBC. Tous les éléments non récurrents qui sont directement attribuables à l’acquisition ou au financement connexe effectué sont exclus des comptes de résultat pro forma. Les informations pro forma ne comprennent pas les ajustements au titre des coûts liés aux activités d’intégration engagés par suite de la conclusion de l’acquisition, les synergies ou les autres réductions de coûts qui ont été, ou pourraient être, réalisées par les entreprises regroupées. Les informations financières n’ont pas été auditées, sont fondées sur des hypothèses significatives, et sont susceptibles d’être modifiées de manière importante au cours de l’année suivant l’acquisition, comme nous l’avons déjà déclaré dans nos récentes communications. Les informations pro forma sont présentées à titre indicatif uniquement et elles ne reflètent pas nécessairement les résultats d’exploitation de MCBC qui auraient réellement été enregistrés si l’acquisition avait eu lieu à la date indiquée; par ailleurs, ces informations ne constituent pas une projection des résultats d’exploitation de MCBC à toute date ultérieure ou pour toute période ultérieure. 2. La Société calcule le bénéfice sous-jacent avant impôt et après impôt, le taux d’imposition effectif sous-jacent, le BAIIA sous-jacent et les flux de trésorerie disponibles sous-jacents, des mesures non définies par les PCGR, en excluant les éléments inhabituels et les autres éléments non liés aux activités de base de la mesure du rendement la plus pertinente des PCGR des États-Unis, soit le bénéfice net lié aux activités poursuivies attribuable à MCBC en ce qui a trait au bénéfice sous-jacent après impôt et au BAIIA sous-jacent, et les flux de trésorerie nets provenant des activités d’exploitation en ce qui a trait aux flux de trésorerie disponibles sous-jacents. De plus, les résultats en devises constantes excluent l’incidence des fluctuations des taux de change. Pour plus de renseignements au sujet de ces ajustements, se reporter à la section « Éléments inhabituels et autres éléments non liés aux activités de base » ainsi qu’aux tableaux de rapprochement avec les mesures les plus pertinentes des PCGR des États-Unis figurant dans la version anglaise de ce communiqué. Sauf indication contraire, tous les montants sont libellés en dollars américains, et tous les résultats trimestriels comparatifs sont ceux du premier trimestre terminé le 31 mars 2017 par rapport à ceux du premier trimestre terminé le 31 mars 2016. De plus, en ce qui concerne tous les calculs de résultats par hectolitre, le dénominateur inclut les volumes liés aux ententes de brassage et ceux liés aux marques distribuées non détenues, et le numérateur tient compte de l’incidence financière de ces ventes, sauf indication contraire. Certains chiffres pourraient ne pas correspondre aux totaux en raison de leur arrondissement. 4. Se reporter aux tableaux 1 et 2 de la version anglaise de ce communiqué pour l’incidence des éléments inhabituels et autres éléments non liés aux activités de base. L’histoire de Molson Coors remonte à 1774, et notre Société définit l’excellence en matière de brassage depuis des siècles. En tant que troisième brasseur en importance au monde, Molson Coors s’efforce d’offrir des marques exceptionnelles qui comblent les amateurs de bière à l’échelle internationale. Peu importe qu’il s’agisse de la Coors Light, de la Miller Lite, de la Carling, de la Staropramen et de la Sharp’s Doom Bar, ou encore de la Leinenkugel’s Summer Shandy, de la Blue Moon Belgian White, de la Creemore Springs Premium Lager et du cidre Smith & Forge, Molson Coors propose un éventail de marques qui sauront plaire à tous les amateurs de bière. Molson Coors exerce ses activités par l’entremise de Molson Coors Canada, de MillerCoors, de Molson Coors Europe et de Molson Coors International. La Société s’engage non seulement à brasser des bières exceptionnelles, mais également à mener ses affaires dans le respect de ses employés, de ses collectivités et de ses consommateurs. Pour y parvenir, elle doit s’assurer d’agir de façon responsable dans l’ensemble de ses activités. La Société est inscrite depuis cinq ans à l’indice mondial de développement durable Dow Jones. Pour de plus amples renseignements sur Molson Coors Brewing Company, visitez le site Web de la Société à l’adresse molsoncoors.com ou ourbeerprint.com, ou encore à l’adresse @MolsonCoors sur Twitter. Molson Coors Canada Inc. (« MCCI ») est une filiale de Molson Coors Brewing Company. Les actions échangeables de catégorie A et de catégorie B de MCCI sont assorties en grande partie des mêmes droits économiques et de vote que les catégories d’actions ordinaires respectives de MCBC, comme il est décrit dans la circulaire de sollicitation de procurations annuelle de MCBC et dans le rapport sur formulaire 10-K déposés auprès de la Securities and Exchange Commission des États­Unis. Le porteur fiduciaire de l’action spéciale comportant droit de vote de catégorie A et de l’action spéciale comportant droit de vote de catégorie B a le droit d’exprimer un nombre de voix correspondant au nombre d’actions échangeables de catégorie A et d’actions échangeables de catégorie B alors en circulation, respectivement. Le présent communiqué de presse contient des estimations ou des projections qui constituent des « déclarations prospectives » au sens des lois fédérales sur les valeurs mobilières aux États-Unis. En règle générale, des termes comme « croire », « prévoir », « avoir l’intention de », « estimer », « s’attendre à », « projeter » et autres expressions similaires, ainsi que l’utilisation du futur, désignent des déclarations prospectives qui n’ont habituellement pas de portée historique. Bien que la Société soit d’avis que les hypothèses sur lesquelles ces déclarations prospectives sont fondées sont raisonnables, elle ne peut garantir d’aucune façon leur exactitude. Certains facteurs importants qui pourraient faire en sorte que les résultats réels de la Société diffèrent de façon significative de l’expérience historique et des prévisions et attentes de la Société sont présentés dans les documents de la Société déposés auprès de la Securities and Exchange Commission (la « SEC »). Ces facteurs comprennent notamment notre capacité d’intégrer l’acquisition de MillerCoors; notre capacité de réaliser les économies d’impôt, l’accroissement des résultats ainsi que les réductions et les synergies de coûts prévus; l’incidence de l’intensification de la concurrence découlant des regroupements de brasseries; la concurrence au chapitre des prix et les pressions sur les prix; la santé de l’industrie brassicole et de nos marques dans nos marchés; la conjoncture économique dans nos marchés; les pertes de valeur additionnelles; notre capacité à assurer le maintien des ententes conclues avec les fabricants et les distributeurs; les modifications apportées à notre chaîne d’approvisionnement; la disponibilité des matériaux d’emballage ou la hausse du coût de ces matériaux; la réussite de nos coentreprises; les risques liés à nos activités dans les marchés en développement et les marchés émergents; les modifications apportées aux exigences prévues par la loi et par les règlements, y compris la réglementation des systèmes de distribution; les fluctuations des taux de change; la hausse du coût des marchandises que nous utilisons dans le cadre de nos activités; l’incidence des changements climatiques ainsi que la disponibilité et la qualité de l’eau; la perte ou la fermeture d’une brasserie principale ou d’une autre installation clé; notre capacité à mettre en œuvre nos initiatives stratégiques, y compris la mise en œuvre et la réalisation des réductions de coûts; notre capacité à intégrer avec succès les entreprises nouvellement acquises; les coûts liés aux régimes de retraite et aux avantages complémentaires de retraite; le non-respect des clauses restrictives ou la détérioration de nos notations de crédit; notre capacité à maintenir de bonnes relations de travail; notre capacité à maintenir l’image de nos marques, notre réputation et la qualité de nos produits; les autres risques dont il est fait état dans nos documents déposés auprès de la SEC, y compris notre plus récent rapport annuel sur formulaire 10-K. Toutes les déclarations prospectives que contient le présent communiqué de presse sont présentées expressément sous réserve des présentes mises en garde et par renvoi aux hypothèses sous-jacentes. Le lecteur ne doit pas se fier indûment aux déclarations prospectives, qui ne valent que pour la date à laquelle elles sont faites. La Société ne s’engage pas à publier une mise à jour des déclarations prospectives, que ce soit par suite d’informations nouvelles ou d’événements subséquents, ou autrement. Outre les mesures financières présentées conformément aux principes comptables généralement reconnus des États-Unis (les « PCGR des États-Unis »), nous présentons le bénéfice sous-jacent avant impôt et après impôt, le bénéfice sous-jacent par action après dilution, le taux d’imposition effectif sous-jacent et les flux de trésorerie disponibles sous-jacents, qui sont des mesures non définies par les PCGR et qui devraient être considérés comme des suppléments à nos résultats d’exploitation présentés selon les PCGR des États-Unis (et non comme des mesures de remplacement de ceux-ci). Nous présentons également le bénéfice avant intérêts, impôt et amortissements sous-jacent (le « BAIIA sous-jacent ») comme une mesure non définie par les PCGR. Notre direction utilise le bénéfice sous-jacent, le bénéfice sous-jacent par action après dilution, le BAIIA sous-jacent et le taux d’imposition effectif sous-jacent comme des mesures permettant d’évaluer la performance d’exploitation, et les flux de trésorerie disponibles sous-jacents comme une mesure permettant d’évaluer les flux de trésorerie générés par nos activités de base, et ainsi de ramener sur une base plus comparable les résultats financiers d’une période à l’autre; comme des mesures pour la planification et les prévisions générales ainsi que pour l’évaluation des résultats réels par rapport aux prévisions; dans les communications avec le conseil d’administration, les actionnaires, les analystes ainsi que les investisseurs au sujet de notre performance financière; comme des mesures de comparaison utiles par rapport à la performance de nos concurrents; comme des mesures aux fins de certains calculs de la rémunération incitative de la direction. Nous croyons que la performance au chapitre du bénéfice sous-jacent, du bénéfice sous-jacent par action après dilution, du BAIIA sous-jacent et du taux d’imposition effectif sous-jacent est utile pour les investisseurs et qu’elle est utilisée par ceux-ci ainsi que par d’autres utilisateurs de nos états financiers dans l’évaluation de notre performance d’exploitation, et que la performance au chapitre des flux de trésorerie disponibles sous-jacents est utilisée dans l’évaluation des flux de trésorerie générés par nos activités de base, car elles fournissent un outil additionnel pour évaluer notre performance compte non tenu des éléments inhabituels et autres éléments non liés aux activités de base, qui peuvent varier considérablement d’une entreprise à l’autre selon les méthodes comptables utilisées, les valeurs comptables des actifs et la structure des capitaux. Outre les raisons dont il est fait mention ci-dessus, nous considérons que les flux de trésorerie disponibles sous-jacents constituent une mesure importante de notre capacité à générer des flux de trésorerie, à accroître nos activités et à accroître la valeur pour les actionnaires, laquelle est stimulée par nos activités de base, compte tenu des ajustements relatifs aux éléments non liés aux activités de base. Pour une analyse de notre situation de trésorerie, se reporter aux tableaux consolidés des flux de trésorerie et à la rubrique sur la situation de trésorerie et les sources de financement figurant dans l’Analyse par la direction de la situation financière et des résultats d’exploitation comprise dans nos plus récents rapports sur formulaire 10-K et sur formulaire 10-Q déposés auprès de la SEC. Nous avons fourni des rapprochements de toutes les mesures non définies par les PCGR et des mesures les plus pertinentes des PCGR des États-Unis, et nous avons appliqué systématiquement les ajustements à nos rapprochements afin de déterminer chaque mesure non définie par les PCGR. Ces ajustements concernent les éléments inhabituels figurant dans nos états financiers préparés selon les PCGR des États-Unis, ainsi que les autres éléments non liés aux activités de base, tels que les frais d’acquisition et les coûts liés à l’intégration, les profits et pertes évalués à la valeur de marché latents, ainsi que les profits et pertes découlant de la vente d’actifs hors exploitation, qui sont compris dans nos résultats selon les PCGR des États-Unis et qui doivent faire l’objet d’ajustements aux fins du calcul des résultats non calculés selon les PCGR. Nous considérons que ces ajustements sont nécessaires pour évaluer notre rendement continu, et ces ajustements sont dans bien des cas considérés comme non récurrents. Ces ajustements sont subjectifs, et la direction fait preuve d’un jugement important à leur égard. Les devises constantes sont une mesure non définie par les PCGR qu’utilise la direction de Molson Coors pour évaluer le rendement, compte non tenu de l’incidence des fluctuations des taux de change. Étant donné que nous exerçons nos activités dans divers pays étrangers dont la monnaie locale peut s’apprécier ou se déprécier considérablement par rapport au dollar américain ou aux autres devises liées à nos activités d’exploitation, nous utilisons des devises constantes à titre de mesure additionnelle pour évaluer le rendement sous-jacent de chaque secteur d’exploitation, sans tenir compte des fluctuations des taux de change. Cette information n’est pas définie par les PCGR et elle doit être considérée comme un supplément à nos résultats d’exploitation présentés en vertu des PCGR des États-Unis (et non comme une mesure de remplacement de ceux-ci). Nous calculons l’incidence des taux de change sur le chiffre d’affaires net, sur le bénéfice avant impôt et sur le bénéfice sous-jacent avant impôt non calculé selon les PCGR comme suit : Constant currency is a non-GAAP measure utilized by Molson Coors management to measure performance, excluding the impact of foreign currency movements. As we operate in various foreign countries where the local currency may strengthen or weaken significantly versus the U.S. dollar or other currencies used in operations, we utilize a constant currency measure as an additional metric to evaluate the underlying performance of each business without consideration of foreign currency movements. This information is non-GAAP and should be viewed as a supplement to (not a substitute for) our reported results of operations under U.S. GAAP. We calculate the impact of foreign exchange on net sales, pretax income and non-GAAP underlying pretax income using the following steps:


News Article | June 19, 2017
Site: www.prnewswire.com

Grab a 6-pack and celebrate 4th of July weekend with @zima for a limited time only! Tweet


News Article | February 16, 2017
Site: www.businesswire.com

DENVER & MONTREAL--(BUSINESS WIRE)--Molson Coors Brewing Company (NYSE: TAP) today declared a regular quarterly dividend on its Class A and Class B common shares of US$0.41 per share, payable March 15, 2017, to shareholders of record on February 28, 2017. The quarterly dividend is payable to holders of Class A and Class B common stock of Molson Coors Brewing Company. In addition, Molson Coors Canada Inc. (TSX: TPX.B, TPX.A), declared a quarterly dividend of approximately CDN$0.53 (the Canadian dollar equivalent of the dividend declared on Molson Coors stock), payable March 15, 2017, to its Class A and Class B exchangeable shareholders of record on February 28, 2017. The dividends declared in respect of the Class A and Class B Exchangeable Shares are eligible dividends for Canadian tax purposes. With a story that starts in 1774, Molson Coors has spent centuries defining brewing greatness. As the third largest global brewer, Molson Coors works to deliver extraordinary brands that delight the world’s beer drinkers. From Coors Light, Miller Lite, Carling, Staropramen and Sharp’s Doom Bar to Leinenkugel’s Summer Shandy, Blue Moon Belgian White, Pilsner Urquell, Creemore Springs Premium Lager and Smith & Forge Hard Cider, Molson Coors offers a beer for every beer lover. Molson Coors operates through Molson Coors Canada, MillerCoors, Molson Coors Europe and Molson Coors International. The company is not only committed to brewing extraordinary beers, but also running a business focused on respect for its employees, communities and drinkers, which means corporate responsibility and accountability right from the start. It has been listed on the Dow Jones Sustainability World Index for the past five years. To learn more about Molson Coors Brewing Company, visit molsoncoors.com, ourbeerprint.com or on Twitter through @MolsonCoors. Molson Coors Canada Inc. (MCCI) is a subsidiary of Molson Coors Brewing Company (MCBC). MCCI’s Class A and Class B exchangeable shares offer substantially the same economic and voting rights as the respective classes of common shares of MCBC, as described in MCBC’s annual proxy statement and Form 10-K filings with the U.S. Securities and Exchange Commission. Specifically, the trustee holder of MCBC’s special Class A voting stock and the special Class B voting stock has the right to cast a number of votes equal to the number of then outstanding Class A exchangeable shares and Class B exchangeable shares, respectively.


M. Mark Hunter, président et chef de la direction de Molson Coors, a déclaré : « La principale nouvelle en 2016 est la conclusion de l’acquisition de la participation résiduelle de 58 pour cent dans MillerCoors, ainsi que du portefeuille de marques Miller à l’échelle mondiale, pour 12 milliards de dollars; il s’agit de la plus importante transaction de toute l’histoire de la Société, grâce à laquelle Molson Coors se classe maintenant au rang de troisième brasseur en importance au monde. Nous avons également conservé les droits relatifs à toutes les marques du portefeuille de MillerCoors aux États-Unis et à Porto Rico. La transaction a été effectuée selon un multiple du prix d’achat effectif de 9,2, en incluant la valeur actualisée des économies d’impôts en trésorerie. De plus, nous générerons d’importantes synergies de coûts aux cours des trois prochains exercices, et nous nous attendons toujours à ce que la transaction donne lieu à une hausse considérable du bénéfice sous-jacent pour la première année d’exploitation complète. En raison de la conclusion de la transaction et des changements visant à harmoniser et à renforcer notre organisation, notre Société est en bonne position pour faire croître le chiffre d’affaires et le bénéfice, pour générer des flux de trésorerie, pour réduire la dette et pour stimuler le rendement total pour les actionnaires au cours des prochains exercices. Stimulés par notre approche visant à être le premier choix des consommateurs et des clients, quatre facteurs soutiendront ces objectifs. Premièrement, notre organisation et nos marques sont, pour la première fois, regroupées sous un même toit. Deuxièmement, notre approche visant l’excellence pour les consommateurs que nous appliquons à notre portefeuille de marques Coors, Miller et Staropramen à l’échelle mondiale, appuyée par nos marques populaires, artisanales et de spécialité nationales, nous fournit maintenant la plateforme voulue pour accroître notre rendement au fil du temps en dehors de nos principaux marchés établis. Troisièmement, nous visons l’excellence pour les clients et nous investissons dans nos capacités et nos activités au chapitre des ventes. Quatrièmement, l’attention que nous prêtons au perfectionnement du personnel, à la diversité et à l’inclusion est axée sur notre objectif de devenir le premier choix et sur notre capacité en matière de leadership au sein de l’entreprise. » « La conclusion de cette transaction liée à MillerCoors accroît l’envergure et la solidité de notre entreprise, et donnera lieu à d’importants changements à nos données financières à court terme, à mesure que nous harmoniserons et améliorerons notre présentation de l’information financière. Afin de permettre une meilleure comparabilité de l’information financière dans ce communiqué, tous les résultats consolidés du quatrième trimestre et de l’exercice complet 2016, ainsi que les résultats des activités aux États-Unis, constituent des données pro forma, sauf indication contraire. Ces données pro forma tiennent compte de l’acquisition de la participation résiduelle dans MillerCoors et du financement effectué comme si ceux-ci avaient eu lieu au début de 2015. Quant aux résultats des secteurs Canada, Europe, International et corporatif, ils ne sont pas présentés sur une base pro forma. » Le volume financier tient maintenant compte des volumes liés aux ententes de brassage et aux ventes aux grossistes de marques non détenues. L’incidence financière de ces volumes a toujours été prise en compte dans nos résultats et, maintenant, nous tenons aussi compte de l’incidence de ces ventes sur les volumes. Le volume de bière à l’échelle mondiale continue pour sa part d’exclure les volumes liés aux ententes de brassage et aux ventes aux grossistes de marques non détenues, et il tient maintenant compte de 100 pour cent des volumes liés aux marques MillerCoors. Les résultats des périodes précédentes ont été révisés afin de refléter ces changements. Au quatrième trimestre, la Société a comptabilisé un taux d’imposition effectif négatif pro forma de 45,8 pour cent sur la base du bénéfice déclaré et un taux d’imposition effectif positif pro forma de 14,5 pour cent sur la base du bénéfice sous-jacent. Pour l’ensemble de l’exercice, le taux d’imposition effectif positif pro forma de la Société s’est établi à 61,6 pour cent sur la base du bénéfice déclaré, et à 25,5 pour cent sur la base du bénéfice sous-jacent. Le taux d’imposition effectif au quatrième trimestre sur la base du bénéfice déclaré est négatif, en raison de l’incidence de la perte avant impôt liée aux pertes de valeur comptabilisées dans le secteur Canada relativement aux marques et du changement relatif à la durée des marques, lesquelles étaient classées à titre d’actifs ayant une durée d’utilité indéterminée et sont maintenant classées à titre d’actifs ayant une durée d’utilité déterminée. La perte de valeur a donné lieu à une économie d’impôt, laquelle a été largement neutralisée par la charge d’impôt liée au changement relatif à la durée des marques. Le taux d’imposition effectif sous-jacent au quatrième trimestre a diminué considérablement par rapport à l’exercice précédent, en raison principalement de l’augmentation des reprises au titre de la provision pour moins-value et de la réduction du taux d’imposition par rapport à l’exercice précédent. Le taux d’imposition effectif sous-jacent pour l’ensemble de l’exercice a augmenté par rapport à l’exercice précédent, en raison de la plus grande proportion du bénéfice découlant du secteur États-Unis. Les volumes de ventes nationales au détail de MillerCoors ont subi une baisse de 2,5 pour cent pour l’exercice et ces volumes, ajustés pour tenir compte du nombre de jours de négociation, ont diminué de 2,8 pour cent pour le trimestre, en raison de la réduction des volumes du secteur des marques économiques et du secteur des bières légères de marques de qualité supérieure. Les volumes de ventes nationales aux grossistes ont reculé de 1,3 pour cent pour l’exercice, et de 0,9 pour cent ce trimestre. Les produits nets nationaux par hectolitre, qui ne tiennent pas compte des ententes de brassage ni des ventes effectuées par des distributeurs détenus par l’entreprise, se sont accrus de 1,3 pour cent pour l’exercice, en raison de l’établissement de prix nets favorables et de la composition favorable des ventes. Les produits nets nationaux par hectolitre se sont accrus de 0,9 pour cent ce trimestre, résultat qui tient à l’établissement de prix nets favorables. Le coût des produits vendus par hectolitre a diminué de 2,5 pour cent pour l’exercice, et de 2,8 pour cent ce trimestre, résultats qui tiennent aux réductions de coûts liées à la chaîne d’approvisionnement ainsi qu’à la baisse des prix des marchandises, facteurs qui ont été neutralisés en partie par la plus faible absorption des coûts fixes tenant à la baisse des volumes. Les frais de commercialisation, généraux et d’administration ont diminué de 0,5 pour cent pour l’ensemble de l’exercice, en raison de la baisse des frais de commercialisation, facteur neutralisé par les investissements au chapitre des technologies de l’information. Les frais de commercialisation, généraux et d’administration ont reculé de 5,4 pour cent au quatrième trimestre, résultat attribuable au calendrier trimestriel des investissements dans les marques, ainsi qu’à la réduction des charges liées à l’effectif. Le bénéfice lié aux activités poursuivies avant impôt pro forma de MillerCoors, selon les PCGR des États-Unis, s’est établi à 1,287 milliard de dollars pour 2016, et à 207,8 millions de dollars au quatrième trimestre. L’augmentation de 16,9 pour cent au cours de l’exercice tient à la réduction du coût des produits vendus, à la croissance des prix nets et à la composition favorable des ventes, facteurs qui ont été neutralisés en partie par la baisse des volumes. L’augmentation de 200,7 pour cent ce trimestre découle essentiellement de la réduction des charges inhabituelles, de la diminution du coût des produits vendus, de la croissance des prix nets et de la diminution des investissements au chapitre de la commercialisation, par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent. Le coût des produits vendus par hectolitre a diminué de 5,9 pour cent en monnaie locale, résultat attribuable à la réduction des coûts, à la baisse des charges au titre des régimes de retraite et à la réduction des coûts de distribution, facteurs neutralisés en partie par l’incidence de l’effet de levier négatif lié aux volumes, par la hausse des coûts, par la place accrue occupée par les marques auxquelles des coûts plus élevés sont associés, et par les fluctuations des taux de change. Les frais de commercialisation, généraux et d’administration ont augmenté de 11,5 pour cent en monnaie locale, en raison de l’accroissement de la dotation à l’amortissement liée aux marques tenant au reclassement de certaines marques du secteur Canada, qui sont maintenant classées à titre d’immobilisations incorporelles ayant une durée d’utilité déterminée, facteur neutralisé en partie par la réduction de la rémunération incitative. Le coût des produits vendus par hectolitre a augmenté de 0,4 pour cent en monnaie locale, en raison de la place accrue occupée par les marques et les régions auxquelles des coûts plus élevés sont associés, ainsi que de la réduction des avantages nets liés aux régimes de retraite. Les frais de commercialisation, généraux et d’administration se sont accrus de 7,3 pour cent en monnaie locale, en raison de l’accroissement des investissements dans les marques. Les résultats sous-jacents avant impôt du secteur Europe ont diminué et une perte de 14,5 millions de dollars a été comptabilisée ce trimestre, comparativement à un bénéfice de 36,2 millions de dollars à l’exercice précédent, résultat imputable à la provision au titre de l’impôt indirect et à la réduction des avantages nets liés aux régimes de retraite, facteurs neutralisés en partie par l’accroissement des volumes et par l’établissement de prix nets positifs. Les fluctuations des taux de change ont eu une incidence favorable de 1,9 million de dollars sur les résultats sous-jacents. Le total des volumes de ventes du secteur International liés aux ventes de marques détenues et aux ventes assujetties à des redevances a augmenté de 82,5 pour cent au quatrième trimestre, en raison de la prise en compte des marques Miller à l’échelle mondiale, ainsi que de la croissance de la marque Coors Light en Amérique latine et en Australie. Le chiffre d’affaires net par hectolitre a augmenté de 11,1 pour cent, en raison de l’établissement de prix plus élevés, d’un changement favorable dans la composition des ventes et des fluctuations des taux de change. Le coût des produits vendus par hectolitre a augmenté de 11,6 pour cent, résultat qui s’explique par un changement dans la composition des ventes et par les fluctuations des taux de change. Les frais de commercialisation, généraux et d’administration du secteur International se sont accrus de 19,8 pour cent, en raison de l’accroissement des investissements dans les marques, et principalement de la prise en compte des marques Miller. Le secteur International a comptabilisé une perte liée aux activités poursuivies avant impôt de 1,3 million de dollars, selon les PCGR des États-Unis, et une perte sous-jacente avant impôt de 1,0 million de dollars au quatrième trimestre, comparativement à une perte de 5,1 millions de dollars pour ces deux mesures à l’exercice précédent, en raison de la prise en compte des marques Miller, de la croissance des volumes et de l’établissement de prix positifs en Amérique latine et en Australie, des réductions de coûts comptabilisées dans les frais de commercialisation, généraux et d’administration, ainsi que de la prise en compte de l’importante restructuration de nos activités en Chine en 2015. Ces facteurs ont été neutralisés en partie par l’incidence de l’interdiction de vente d’alcool dans l’État du Bihar, et par le rapatriement, dans le secteur Europe, des volumes liés à la marque Staropramen au Royaume-Uni. Les fluctuations des taux de change ont eu une incidence défavorable de 0,2 million de dollars sur les résultats sous-jacents avant impôt au quatrième trimestre. De plus, au cours du trimestre, nous avons comptabilisé des charges nettes de 12,6 millions de dollars au titre des autres éléments non liés aux activités de base, qui tiennent principalement aux coûts d’intégration engagés par suite de l’acquisition, facteur neutralisé en partie par un profit tiré de la vente d’un actif d’exploitation non lié aux activités de base. L’histoire de Molson Coors remonte à 1774, et notre Société définit l’excellence en matière de brassage depuis des siècles. En tant que troisième brasseur en importance au monde, Molson Coors s’efforce d’offrir des marques exceptionnelles qui comblent les amateurs de bière à l’échelle internationale. Peu importe qu’il s’agisse de la Coors Light, de la Miller Lite, de la Carling, de la Staropramen et de la Sharp’s Doom Bar, ou encore de la Leinenkugel’s Summer Shandy, de la Blue Moon Belgian White, de la Pilsner Urquell, de la Creemore Springs Premium Lager et du cidre Smith & Forge, Molson Coors propose un éventail de marques qui sauront plaire à tous les amateurs de bière. Molson Coors exerce ses activités par l’entremise de Molson Coors Canada, de MillerCoors, de Molson Coors Europe et de Molson Coors International. La Société s’engage non seulement à brasser des bières exceptionnelles, mais également à mener ses affaires dans le respect de ses employés, de ses collectivités et de ses consommateurs. Pour y parvenir, elle doit s’assurer d’agir de façon responsable dans l’ensemble de ses activités. La Société est inscrite depuis cinq ans à l’indice mondial de développement durable Dow Jones. Pour de plus amples renseignements sur Molson Coors Brewing Company, visitez le site Web de la Société à l’adresse molsoncoors.com ou ourbeerprint.com, ou encore à l’adresse @MolsonCoors sur Twitter. Molson Coors Canada Inc. (« MCCI ») est une filiale de Molson Coors Brewing Company. Les actions échangeables de catégorie A et de catégorie B de MCCI sont assorties en grande partie des mêmes droits économiques et de vote que les catégories d’actions ordinaires respectives de MCBC, comme il est décrit dans la circulaire de sollicitation de procurations annuelle de MCBC et dans le rapport sur formulaire 10-K déposés auprès de la Securities and Exchange Commission des États­Unis. Le porteur fiduciaire de l’action spéciale comportant droit de vote de catégorie A et de l’action spéciale comportant droit de vote de catégorie B a le droit d’exprimer un nombre de voix correspondant au nombre d’actions échangeables de catégorie A et d’actions échangeables de catégorie B alors en circulation, respectivement. Le présent communiqué de presse contient des estimations ou des projections qui constituent des « déclarations prospectives » au sens des lois fédérales sur les valeurs mobilières aux États-Unis. En règle générale, des termes comme « croire », « prévoir », « avoir l’intention de », « estimer », « s’attendre à », « projeter » et autres expressions similaires, ainsi que l’utilisation du futur, désignent des déclarations prospectives qui n’ont habituellement pas de portée historique. Bien que la Société soit d’avis que les hypothèses sur lesquelles ces déclarations prospectives sont fondées sont raisonnables, elle ne peut garantir d’aucune façon leur exactitude. Certains facteurs importants qui pourraient faire en sorte que les résultats réels de la Société diffèrent de façon significative de l’expérience historique et des prévisions et attentes de la Société sont présentés dans les documents de la Société déposés auprès de la Securities and Exchange Commission (la « SEC »). Ces facteurs comprennent notamment notre capacité d’intégrer l’acquisition de MillerCoors; notre capacité de réaliser les économies d’impôt, l’accroissement des résultats ainsi que les réductions et les synergies de coûts prévus; l’incidence de l’intensification de la concurrence découlant des regroupements de brasseries; la concurrence au chapitre des prix et les pressions sur les prix; la santé de l’industrie brassicole et de nos marques dans nos marchés; la conjoncture économique dans nos marchés; les pertes de valeur additionnelles; notre capacité à assurer le maintien des ententes conclues avec les fabricants et les distributeurs; les modifications apportées à notre chaîne d’approvisionnement; la disponibilité des matériaux d’emballage ou la hausse du coût de ces matériaux; la réussite de nos coentreprises; les risques liés à nos activités dans les marchés en développement et les marchés émergents; les modifications apportées aux exigences prévues par la loi et par les règlements, y compris la réglementation des systèmes de distribution; les fluctuations des taux de change; la hausse du coût des marchandises que nous utilisons dans le cadre de nos activités; l’incidence des changements climatiques ainsi que la disponibilité et la qualité de l’eau; la perte ou la fermeture d’une brasserie principale ou d’une autre installation clé; notre capacité à mettre en œuvre nos initiatives stratégiques, y compris la mise en œuvre et la réalisation des réductions de coûts; notre capacité à intégrer avec succès les entreprises nouvellement acquises; les coûts liés aux régimes de retraite et aux avantages complémentaires de retraite; le non-respect des clauses restrictives ou la détérioration de nos notations de crédit; notre capacité à maintenir de bonnes relations de travail; notre capacité à maintenir l’image de nos marques, notre réputation et la qualité de nos produits; les autres risques dont il est fait état dans nos documents déposés auprès de la SEC, y compris notre plus récent rapport annuel sur formulaire 10-K. Toutes les déclarations prospectives que contient le présent communiqué de presse sont présentées expressément sous réserve des présentes mises en garde et par renvoi aux hypothèses sous-jacentes. Le lecteur ne doit pas se fier indûment aux déclarations prospectives, qui ne valent que pour la date à laquelle elles sont faites. La Société ne s’engage pas à publier une mise à jour des déclarations prospectives, que ce soit par suite d’informations nouvelles ou d’événements subséquents, ou autrement. Outre les mesures financières présentées conformément aux principes comptables généralement reconnus des États-Unis (les « PCGR des États-Unis »), nous présentons le bénéfice sous-jacent avant impôt et après impôt, le bénéfice sous-jacent par action après dilution, le taux d’imposition effectif sous-jacent et les flux de trésorerie disponibles sous-jacents, qui sont des mesures non définies par les PCGR et qui devraient être considérés comme des suppléments à nos résultats d’exploitation présentés selon les PCGR des États-Unis (et non comme des mesures de remplacement de ceux-ci). Nous présentons également le bénéfice avant intérêts, impôt et amortissements sous-jacent (le « BAIIA sous-jacent ») comme une mesure non définie par les PCGR. Notre direction utilise le bénéfice sous-jacent, le bénéfice sous-jacent par action après dilution, le BAIIA sous-jacent et le taux d’imposition effectif sous-jacent comme des mesures permettant d’évaluer la performance d’exploitation, et les flux de trésorerie disponibles sous-jacents comme une mesure permettant d’évaluer les flux de trésorerie générés par nos activités de base, et ainsi de ramener sur une base plus comparable les résultats financiers d’une période à l’autre; comme des mesures pour la planification et les prévisions générales ainsi que pour l’évaluation des résultats réels par rapport aux prévisions; dans les communications avec le conseil d’administration, les actionnaires, les analystes ainsi que les investisseurs au sujet de notre performance financière; comme des mesures de comparaison utiles par rapport à la performance de nos concurrents; comme des mesures aux fins de certains calculs de la rémunération incitative de la direction. Nous croyons que la performance au chapitre du bénéfice sous-jacent, du bénéfice sous-jacent par action après dilution, du BAIIA sous-jacent et du taux d’imposition effectif sous-jacent est utile pour les investisseurs et qu’elle est utilisée par ceux-ci ainsi que par d’autres utilisateurs de nos états financiers dans l’évaluation de notre performance d’exploitation, et que la performance au chapitre des flux de trésorerie disponibles sous-jacents est utilisée dans l’évaluation des flux de trésorerie générés par nos activités de base, car elles fournissent un outil additionnel pour évaluer notre performance compte non tenu des éléments inhabituels et autres éléments non liés aux activités de base, qui peuvent varier considérablement d’une entreprise à l’autre selon les méthodes comptables utilisées, les valeurs comptables des actifs et la structure des capitaux. Outre les raisons dont il est fait mention ci-dessus, nous considérons que les flux de trésorerie disponibles sous-jacents constituent une mesure importante de notre capacité à générer des flux de trésorerie, à accroître nos activités et à accroître la valeur pour les actionnaires, laquelle est stimulée par nos activités de base, compte tenu des ajustements relatifs aux éléments non liés aux activités de base. Pour une analyse de notre situation de trésorerie, se reporter aux tableaux consolidés des flux de trésorerie et à la rubrique sur la situation de trésorerie et les sources de financement figurant dans l’Analyse par la direction de la situation financière et des résultats d’exploitation comprise dans nos plus récents rapports sur formulaire 10-K et sur formulaire 10-Q déposés auprès de la SEC. Nous avons fourni des rapprochements de toutes les mesures non définies par les PCGR et des mesures les plus pertinentes des PCGR des États-Unis, et nous avons appliqué systématiquement les ajustements à nos rapprochements afin de déterminer chaque mesure non définie par les PCGR. Ces ajustements concernent les éléments inhabituels figurant dans nos états financiers préparés selon les PCGR des États-Unis, ainsi que les autres éléments non liés aux activités de base, tels que les frais d’acquisition et les coûts liés à l’intégration, les profits et pertes évalués à la valeur de marché latents, ainsi que les profits et pertes découlant de la vente d’actifs hors exploitation, qui sont compris dans nos résultats selon les PCGR des États-Unis et qui doivent faire l’objet d’ajustements aux fins du calcul des résultats non calculés selon les PCGR. Nous considérons que ces ajustements sont nécessaires pour évaluer notre rendement continu, et ces ajustements sont dans bien des cas considérés comme non récurrents. Ces ajustements sont subjectifs, et la direction fait preuve d’un jugement important à leur égard. Les devises constantes sont une mesure non définie par les PCGR qu’utilise la direction de Molson Coors pour évaluer le rendement, compte non tenu de l’incidence des fluctuations des taux de change. Étant donné que nous exerçons nos activités dans divers pays étrangers dont la monnaie locale peut s’apprécier ou se déprécier considérablement par rapport au dollar américain ou aux autres devises liées à nos activités d’exploitation, nous utilisons des devises constantes à titre de mesure additionnelle pour évaluer le rendement sous-jacent de chaque secteur d’exploitation, sans tenir compte des fluctuations des taux de change. Cette information n’est pas définie par les PCGR et elle doit être considérée comme un supplément à nos résultats d’exploitation présentés en vertu des PCGR des États-Unis (et non comme une mesure de remplacement de ceux-ci). Nous calculons l’incidence des taux de change sur le chiffre d’affaires net, sur le bénéfice avant impôt et sur le bénéfice sous-jacent avant impôt non calculé selon les PCGR comme suit :


News Article | February 23, 2017
Site: www.businesswire.com

PITTSBURGH--(BUSINESS WIRE)--PPG (NYSE:PPG) today announced it has reached a multiyear corporate marketing agreement with the National Hockey League (NHL) to make PPG paint brands the Official Paint of the NHL® in the U.S. and Canada. Financial details and terms were not disclosed. (NOTE TO EDITORS: Additional materials, images and video associated with this announcement are available at http://newsroom.ppg.com/nhl.) The agreement between the National Hockey League and PPG is being announced in conjunction with this Saturday’s 2017 Coors Light NHL Stadium Series™ outdoor game between the Pittsburgh Penguins® and Philadelphia Flyers® at Heinz Field, in PPG’s hometown of Pittsburgh. It builds on PPG’s 20-year naming-rights agreement with the Pittsburgh Penguins® hockey team for Pittsburgh’s multipurpose arena, PPG Paints Arena. PPG is also the Official Paint Supplier of the Pittsburgh Penguins® team. “We are excited to deepen our relationship with the National Hockey League and the millions of home-improvement consumers and paint professionals who follow their favorite NHL teams in the U.S. and Canada,” said Bryan Iams, PPG vice president, corporate and government affairs. “The loyal fan base of the NHL aligns with the loyal base of customers for PPG products. This latest PPG brand investment broadens our ability to showcase our product lines that help consumers protect and beautify their world, including the PPG PAINTS™, GLIDDEN® and OLYMPIC® brands, and the SICO® and DULUX® brands in Canada.” Keith Wachtel, NHL executive vice president of global partnerships and chief revenue officer, said, “We’re honored that PPG has extended its commitment to the sport of hockey through a partnership with the National Hockey League. Partnering with best-in-class paint brands that have an extensive footprint at retail will extend our reach to millions of home-improvement consumers across North America.” PPG will also receive the opportunity to integrate its paint brands into select NHL premier events. In addition to the NHL Stadium Series at Heinz Field, PPG and its products will be featured at future NHL Stadium Series games and the annual NHL Winter Classic® game. To that end, television and venue audiences will see PPG branding on and around the ice adorning dasherboards, and off the ice in programs, scoreboard features and event-related activities. As part of the agreement, PPG will have rights to use NHL marks and logos on PPG paint product packaging, on store point-of-purchase displays, in contests and promotions, and through social media and digital marketing in the U.S. and Canada. For hockey fans, PPG is planning a variety of engagement initiatives, including coupons and promotions for its paint products. The company also will participate in an NHL Legacy project through the COLORFUL COMMUNITIES™ initiative, a PPG program that aims to enhance, protect and beautify the neighborhoods where the company operates. PPG produces paints, stains and specialty products available at more than 250 DULUX stores in Canada, 630 PPG PAINTS stores in the U.S., more than 6,000 independent dealer locations and more than 8,000 major home improvement center locations in the U.S. and Canada, including The Home Depot, Lowe's, RONA, Menards and Walmart. PPG’s paint products and brands already have a presence throughout professional hockey. PPG paints and coatings protect and beautify hockey arenas from Los Angeles to Pittsburgh and across Canada, and they are found on hockey sticks and helmets. PPG materials even help to power the ZAMBONI® ice resurfacing machine. The company’s products also have a presence in PPG Paints Arena, home of the Pittsburgh Penguins®. PPG consulted with the Penguins as they chose paint colors used throughout the arena when it was being built, and the company’s paint products are used in both decorative and protective applications throughout the arena. PPG products also have a presence at Pittsburgh’s other professional sports venues—Heinz Field, site of this weekend’s NHL Stadium Series hockey game, and PNC Park—in both decorative and protective applications. PPG: WE PROTECT AND BEAUTIFY THE WORLD™ At PPG (NYSE:PPG), we work every day to develop and deliver the paints, coatings and materials that our customers have trusted for more than 130 years. Through dedication and creativity, we solve our customers’ biggest challenges, collaborating closely to find the right path forward. With headquarters in Pittsburgh, we operate and innovate in more than 70 countries and reported net sales of $14.8 billion in 2016. We serve customers in construction, consumer products, industrial and transportation markets and aftermarkets. To learn more, visit www.ppg.com. The National Hockey League (NHL®), founded in 1917, will celebrate its Centennial anniversary in 2017. The year-long celebration will pay tribute to 100 years of NHL hockey by honoring the past, commemorating the present, and celebrating its future. In 2017 the League will also celebrate 125 years of the most revered trophy in professional sports – the Stanley Cup®. Comprised of 30 Member Clubs, the NHL is represented by players from more than 20 countries across team rosters. Each year, the NHL entertains hundreds of millions of fans around the world. The League broadcasts games in more than 160 countries and territories through its rightsholders including NBC/NBCSN in the U.S., Sportsnet and TVA in Canada, and Viasat in the Nordic Region. The NHL reaches fans worldwide with games available online in every country including via its live and on-demand streaming service NHL.TV™. Fans are engaged across the League’s digital assets on mobile devices via the free NHL® App; across nine social media platforms; on SiriusXM NHL Network Radio™, and on NHL.com, available in eight languages and featuring an enhanced statistics platform powered by SAP, providing the definitive destination for hockey analytics. The NHL is committed to giving back to the community through programs including: Hockey is for Everyone™ which supports nonprofit youth hockey organizations across North America; Hockey Fights Cancer™ which raises money and awareness for hockey's most important fight; NHL Green™ which is committed to the pursuit of sustainable business practices; and a partnership with the You Can Play Project, which is committed to supporting the LGBT community and fighting homophobia in sports. For more information, visit NHL.com. We protect and beautify the world, PPG Paints and Colorful Communities are trademarks and the PPG Logo is a registered trademark of PPG Industries Ohio, Inc. Glidden and Sico are registered trademarks of the PPG Group of Companies. Olympic is a registered trademark of PPG Architectural Finishes, Inc. Dulux is a registered trademark of AkzoNobel and is licensed to PPG Architectural Coatings Canada, Inc., for use in Canada only. Coors Light is a registered trademark of MillerCoors LLC. NHL, the NHL Shield, and the word mark NHL Winter Classic are registered trademarks and NHL Stadium Series name and logo and the NHL Winter Classic logo are trademarks of the National Hockey League. NHL and NHL team marks are the property of the NHL and its teams. © NHL 2017. All Rights Reserved. Pittsburgh Penguins is a registered trademark of Lemieux Group, LP. Philadelphia Flyers is a registered trademark of Philadelphia Hockey Club, Inc. ZAMBONI and the configuration of the Zamboni ice resurfacing machine are registered trademarks of Frank J. Zamboni & Co., Inc. All Rights Reserved.


News Article | February 18, 2017
Site: www.cnet.com

Throw your hacky sack in your fanny pack and boot up Prodigy, the 1990s are Macarena-ing their way back. Or at least it feels that way. Zima, one of the iconic alcoholic beverages of the grunge decade, is returning. The clear malt beverage is already in distributor warehouses, and soon will be available for a limited time, MillerCoors confirmed to AdAge on Thursday. "If you're one of the zillion fans who have missed Zima, the answer should be clear," a spokesman said in a statement. If you're too young to remember, or have blocked it out along with other '90s memories like Urkel, here's the ABZs. Zima rode the 1990s clear-product craze along with Crystal Pepsi, Tab Clear and the wonderfully fictional Crystal Gravy (thanks, "SNL"). It had a cute name, Z-centric commercials, and an almost-art-deco styled bottle, but just never caught on, despite a $50 million ad campaign. But there's always been a weird nostalgic fondness for the product. Speaking personally as the co-author of a book called "The Totally Sweet '90s," I can attest to the fact that an original, unopened bottle of Zima was the second-most-popular prop on our book tour -- trailing only the enormous Zack Morris-style cell phone. And Zima's not alone on the clear-beverage comeback: Crystal Pepsi, which fizzled in the 1990s, poured its way back into many US stores in the last year. Your move, lava-lamp-looking Orbitz.


News Article | February 21, 2017
Site: www.prnewswire.com

CHICAGO, Feb. 21, 2017 /PRNewswire/ -- Redd's Apple Ale is adding more variety to its refreshing beer lineup by introducing new flavors and bringing back fan favorites. Redd's Blueberry Ale returns by popular demand to the Redd's family, joining the new Redd's Raspberry Ale. Each flavor...


News Article | February 16, 2017
Site: www.prnewswire.com

CHICAGO, Feb. 16, 2017 /PRNewswire-HISPANIC PR WIRE/ -- Miller Lite wants to give $100,000 to fund the next big idea. Miller Lite Tap the Future® returns, celebrating its 5th year and is searching for innovators with an unwavering commitment to making their dream a reality. As the creator...

Loading MillerCoors collaborators
Loading MillerCoors collaborators